Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Nouveau projet couture : costume 1665 pour enfant | Page d'accueil | Le jeu des cinq tags ! »

jeudi, 05 juin 2008

La solitude de la blogueuse de fond

Bloguer semble être devenu un réflexe naturel pour une grande partie de la population. En réaction aux engouements de toutes sortes, existent cependant encore des réfractaires. Je pensais, il y a peu, en faire partie. Mais comme j'ai l'esprit curieux et que la compréhension passe parfois par l'expérimentation, j'ai décidé de tester... Peut-être pour trouver un exutoire aux mots et aux idées qui se bousculaient dans ma tête, pour ces coups de gueule sans oreilles à faire sonner, pour ces réflexions que je reformulais encore et toujours, ad nauseam...

Une première tentative, vite abandonnée, est morte précocement après deux articles. Puis, interpellée par l'expérience blogueuse d'une amie, j'ai décidé de m'y mettre pour de bon. Ce saut dans l'inconnu n'a pas manqué d'étonner quelques connaissances : lors de conversations enflammées sur MSN, l'un de mes amis, à plusieurs reprises, a manifesté son incompréhension : Pourquoi blogues-tu ? Bonne question, je vous remercie de l'avoir posée...

Il est plutôt difficile de parler d'un concept sur la définition duquel personne ne semble s'accorder. En pénétrant dans le monde  des blogs, on réalise rapidement que la plupart ne sont que des sites d'associations, de partis politiques, de sociétés, de boutiques et autres structures qui profitent de la facilité d'édition du média. Cette simplicité les dispense de trouver les compétences techniques requises pour la création de pages web. J'hésite également à classer dans cette "vaste et belle" catégorie les blogs thématiques... Cependant, ils sont très largement mis en avant chez certains hébergeurs de blogs, tandis que les "journaux perso" vont peupler la nébuleuse du "tout venant" dont seuls les animaux à l'instinct social développé, qui savent l'exercer dans le sens du vent ou contre lui, émergeront dans une lutte darwinienne : le plus adapté survit...

A mon sens, il n'y a de vrais blogs que les journaux "intimes" déballés au jour le jour, sans queue ni tête. Ou avec plusieurs queues et plusieurs têtes. Mais pas de façon si spontanée que l'on veut bien le faire croire. Dès que l'on quitte la sphère des Kevin et autres Mégane de 15 ans, on réalise à quel point ils représentent des exercices de communication parfaitement rodés.

Le fait est qu'à travers cette proximité scénarisée, je pensais que se recréait un certain lien social. Je me plaisais à penser que le visiteur qui vous voit à travers cet album soigneusement élaboré, sans le poids du milieu social ou professionnel, pouvait choisir de vous découvrir tout à loisir ou de faire demi-tour. Au final, un nouveau réseau relationnel d'une nature subtilement différente devait se créer, entre les esprits compatibles ou les âmes qui se parlaient (selon votre vision des choses...) Le blog permettrait ainsi de faire des rencontres surprenantes et inattendues, voire de véritables amitiés webiennes - comme par les forums.

Il m'a fallu quelques mois pour réaliser que j'avais fait une véritable erreur d'appréciation... Le monde des blogs, j'entends bien des véritables blogs ne fait que recréer des microcosmes déjà établis : les filles qui papotent de la mode d'un côté, les politiqueux enragés de l'autre, les voyageurs, les photographes, les gens qui se connaissent déjà par ailleurs. Il est encore plus difficile de venir à la rencontre de l'autre, ou de le faire venir à vous, dans le monde des blogs que dans la vie réelle.

Vous avez sans doutes tous vécus cela (ceux qui ne sont pas les dominants du troupeau, tout au moins )  : que l'on tolère certains actes des uns et pas des autres, que la même blague fait rire ou non selon celui qui l'ennonce : eh bien, c'est pareil. Sur un blog, vous aurez beau être drôle, cinglant, intéressant, bizarre... cela ne servira à rien... si vous nêtes pas membre d'un réseau bien établi qui se nourrit de lui même par relations interposées.

J'ai de mon côté tenté d'aller à la rencontre des blogueurs, mais quand je trouve un endroit qui me parle, les quelques remarques que je dépose doivent être jugées caustiques ou incompréhensibles - de toute façon, j'ai souvent le chic pour "tuer" le fil des réactions. C'est sans doute pour cela qu'aucun de mes commentaires ne semble attirer le public du lieu vers mon "blog sweet blog". Mes amis, majoritairement non blogueurs, ne trouvent pas plus d'intérêt à venir lire ma prose entre la sieste et le café. Constat d'échec ? Je préfère le voir comme un constat de liberté : si je suis insignifiante, je ne ferai aucun effort pour le devenir, cela prouvera mon indépendance "vraie".

Il faut toujours voir le côté le plus brillant de la médaille !

 

solitaire.jpg

 

Commentaires

Diderot a écrit un jour quelque chose comme "si personne ne trouve cet ouvrage bon, il me faudra admettre qu'il est mauvais; mais si tout le monde le trouvait bon, il le serait encore plus" (en gros, je me rappelle plus bien, mais c'est l'idée)

Se fondre dans le moule pour être apprécié est la technique à la mode, que ce soit pour les blogs ou dans la vie de tous les jours; ce qui donne des blogs et des gens formatés, sans originalité, sans personnalité; et même si ça marchait, est-ce que ça vaudrait le coup, être apprécié pour ce qu'on n'est pas?

Et je suis forcée de te contredire, étant donné que c'est à la suite du commentaire que tu m'as laissé que je suis venue jeter un coup d'oeil... Volonté de connaître un peu celle qui a pris le temps de m'écrire, de laisser une trace sur mon blog; curiosité éveillée par le commentaire lui-même...

Je trouve moi aussi que c'est dommage de ne pas pouvoir discuter plus librement sur le web, paradoxe idiot puisque internet a une image de liberté... C'est comme quand on regarde quelqu'un dans la rue, on reçoit tout de suite un regard foudroyant, comme si on envahissait leur espace privé rien qu'en posant les yeux sur eux... Les bloggeurs veulent des commentaires sur leur blog, mais uniquement pour les conforter dans leur position, pour se prouver que ce qu'ils disent intéressent certains, pas pour créer un débat ni faire des rencontres enrichissantes...

Écrit par : mari6s | vendredi, 06 juin 2008

Les commentaires sont fermés.