Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Petit tour chez Auber | Page d'accueil | Projet en cours : chemise patchwork pour Monsieur (troisième partie) »

mardi, 27 mai 2008

Régime forcé

Aujourd'hui, suite à un "intervention électrique" (qui sait ce que ça veut dire), certains "matériels informatiques ont été affectés". En bref, pas de web au boulot. C'est là qu'on se rend compte à quel point on peut être dépendant.
 
- J'ai besoin du drapeau de la Slovénie...
- Tiens, il y a une personnalité décédée... Quel âge avait ce type qui était déjà vieux y'a quinze ans ?
- Je vais faire une pause en consultant ma messagerie perso...
- Et si je regardais s'il y a des commentaires sur mon blog... ?
 
A chaque fois, soupir irrité : pas de connexion... Mais le réflexe s'est montré plus puissant que ma mémoire et seul le redoutable écran blanc a su me rappeler la situation de pénurie. Certains de ces réflexes sont purement compulsifs, sans doute un simple prétexte pour échapper quelques secondes aux corvées qui s'accumulent. Par exemple, le fait de regarder s'il y a des commentaires sur mon blog, alors que cette probabilité ne dépasse pas 0,854 sur cent. Le dernier commentaire que j'ai eu, c'était de mon n'hom pour me faire plaisir alors que je me plaignais de l'indifférence générale des visiteurs... ou de leur timidité. Ce qui est la version optimiste, parce que l'alternative est d'admettre que personne ne lit.
 
Mais le pire, c'est que je n'essaie pas de faire du chiffre, du style : accumulation de commentaires, comme les écureuils amassent les noisettes pour ensuite les oublier aux quatre coins de la forêt. Je pensais juste que je pouvais faire des rencontres intéressantes par l'intermédiaire de ce blog. Erreur d'appréciation... Je dois être coutumière du fait. Reste l'exercice de contemplation nombrilique qui fait du bien à l'ego. Ça a son charme aussi.
 
PS : ce n'est vraiment pas mon jour. Déjà la douche sous l'averse, l'exposition de documents foireuse à monter et la crise hypocondriaque de mon n'hom... ça fait beaucoup. Mais le fait d'être obligée de rentrer moi même, à la main, en code html, les "retour charriot" et autres "non breakable spaces"... C'est la totale !

23:28 Publié dans Sur le fil | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : internet, blogs

Les commentaires sont fermés.