Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Régime forcé | Page d'accueil | Sex and the Stupidity »

mercredi, 28 mai 2008

Projet en cours : chemise patchwork pour Monsieur (troisième partie)

Tant que les manches (ah, les manches !) ne sont pas fixées, j'en profite pour tranquillement poser mes œillets. Depuis que mon emporte-pièce s'est démonté, j'emploie une autre technique, celle du poinçon... Passé entre les fils, il crée un "trou" dans lequel on passe l'œillet en le faisant glisser le long du poinçon.

Elle a pour avantage de ne pas couper les fils, d'où une meilleure résistance. Petit inconvénient : l'œillet glissé entre les fils tire sur la trame et fait un peu gondoler le tissu... Enfin, c'est minime !

 

145143164.jpg
1325846444.jpg

 Le résultat est tout à fait honorable :

1919346204.jpg

Je prends aussi le temps d'ourler le bas de la chemise avec un ourlet invisible :

 

264867381.jpg

 Quant aux manches, comme je vais resserrer les poignets avec un cordon, je me contente de replier deux fois le bord et de piquer à la machine. J'ouvre la couture de montage au-dela de cette couture pour permettre le passage du cordon : 

849979269.jpg

 Maintenant, je ne peux plus reculer... Il me faut monter les manches. Ma méthode : épingler le haut de l'emmanchure et le bas, puis placer des épingles à chaque fois au milieu de la longueur qui reste à assembler. Puis une couture de bâti, dont on ne peut et ne doit absolument pas se passer si l'on veut faire un montage propre !

1188186278.jpg
 
 
2075287830.jpg

 Il reste à passer le cordon dans le bas des manches, avec la vieille technique de l'épingle à nourrice qui permet de sentir l'extrémité du cordon et de la tirer tout doucement à travers le tissu. J'ai scotché le bout du cordon pour éviter qu'il ne s'effiloche.

1007819718.jpg

 Et voilà  ! C'est fini ! A bientôt pour le reste du costume...

 

24261238.jpg

Les commentaires sont fermés.