Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« De linguae nobilitate… ou : "J’écris comme je veux !" | Page d'accueil | VIB Alternatifs : retour sur image ! »

jeudi, 31 juillet 2008

Ode funèbre à l'originalité vestimentaire

De la même façon que l'on lit Match et Gala chez le coiffeur ou dans la salle d'attente du docteur - voire pire encore, ces magazines qui prétendent nous imposer un gabarit de la féminité, il m'arrive d'aller sur les blogs "de mode" par inavouable curiosité. J'avoue que j'ai déjà un peu de mal à concevoir comment l'on peut remplir un écran entier sur son dernier petit "top" ou sa robe "minimaliste" très "tendance" (c'est à dire s'inscrivant dans le courant d'une norme affligeante). Mais quand on se voit offrir en prime la photo de l'intéressée revêtue de l'inintéressant, qui lui est parfois aussi seyant qu'un tutu sur une jument... Les qualificatifs me manquent (enfin, pas vraiment, mais je ne veux pas être à 100% détestable non plus).

Si ces jeunes personnes tenaient à attirer un peu de clientèle à un artisan indépendant ou à une petite boutique qui vient de se monter, la démarche serait louable. Mais le top minimaliste est, le plus souvent, acheté dans une ligne de magasins fort prospère et fabriqué par de petits indiens ou chinois courbés sur leur machine. Nous ne sommes pas tous attentifs aux origines de notre vêture, pour raisons de temps ou d'argent, mais de là à s'en vanter...
 
soldes.gif
Le fait est que si ces jeunes personnes osaient mettre elles-même la main à la pâte et confectionner elles-même le top qui n'est en fait que deux trapèzes de tissu cousus ensemble avec un élastique sur le haut, la question serait différente : même si le résultat leur allait comme un sac, ce sera un sac fait main et pour cela, elles mériteraient le respect. Mais rares sont celles qui se lancent dans l'aventure. La couture n'est "tendance" que si elle est exercée à des fins hautement inutiles : faire un coussin, décorer un (vrai) sac...
 
Je me prends parfois à penser que la crise va peut-être inverser le mouvement, mais alors que tout augmente, on arrive toujours à trouver une fringuerie bas de gamme proposant des vêtements à deux sous... Tandis que le tissu à la coupe se montre rare... Et pas forcément bon marché.Vous me direz : nous n'avons plus le temps, plus le savoir... Pourtant, le bricolage, qui n'est pas forcément plus simple en technique, a vent en poupe. Tout savoir peut s'acquérir. Alors, pourquoi ne pas tenter l'aventure, pour enfin pouvoir se vanter à juste titre du "top minimaliste" amoureusement créé de ses dix doigts ?

Témoins de cette paresse grandissante des dits (sic) doigts, les merceries et les magasins de tissu agonisent à tour de bras. Quand je me suis installée dans ma ville il y a dix ans, trois merceries se faisaient concurrence et l'on comptait même un marchand de coupons. Deux des merceries ont aujourd'hui disparu, l'une par fermeture pure et simple, l'autre, également perlerie pour le plus grand plaisir des filles comme des mères, s'est transformée en stupide fringuerie comme tant d'autres. Le marchand de coupons est parti à la retraite et personne n'a pris sa suite. J'avais déjà évoqué la disparition du rayon Mercerie des Galeries La Fayette. Aujourd'hui, c'est le magasin Bouchara Haussmann, qui existait dans le quartier des grands magasins depuis 1936, qui meurt dans les dernières soubresauts des soldes (étonnement, leur site Internet omet de le signaler...) et devinez ce qui va prendre sa place... Un friperie/fringuerie d'une franchise connue (je ne lui ferait pas l'honneur de la citer, histoire qu'elle aille alimenter les tags). Je prévois déjà, ça et là sur les blogs, les piaillements émoustillées d'aucunes de ces demoiselles à l'apparition de cette nouvelle boutique de fringues banales...

Ah, dernière chose : si Bouchara Haussmann ferme, c'est parce que la direction du groupe se recentre sur une autre de ses enseignes : Eurodif. On y trouve (dans le meilleur des cas) linge de maison, un peu de mercerie, mais surtout de la fringue bas de gamme. Ni l'histoire, ni le prestige n'ont le moindre poids face à la logique financière.

Commentaires

J'ai parcouru votre blog , un peu , mais je suis restée interdite à ma première visite ...
J'ai grand peine à lire de longs longs articles , même s'ils sont pertinents , savoureux , drôles , agrémentés de photos , de liens ... Je ressens ce vertige de la longueur dans la vie en général ... n'en prenez donc pas ombrage !
Je suis une grande bonne femme concise , laconique .

Et puis votre voussoiement m'a un peu heurtée ... Les bloggeurs pratiquent le "tu" d'ordinaire .


Je reviendrai vous lire .

Écrit par : sandralou | vendredi, 01 août 2008

Etant plutôt issue du monde des forums, où le "tu" est également de mise, j'ai été moi aussi surprise de voir certains blogueurs me vouvoyer, alors dans le doute, je vouvoie parfois, de peur de heurter...

Sinon, inutile de t'excuser (donc)... Je connais les travers de ma prose ! Et il y a toujours les photos et autres dessins...

Écrit par : Milathéa | vendredi, 01 août 2008

C'est marrant le net quand même ! Moi j'aime pas l'Histoire , j'aime pas ( je fais exprès d'omettre le "ne" de la négation pour me faire plus mallettrée que je ne suis ...) le Moyen-Age , les cantilènes ... aux armoiries je préfère les armoires , aux blasons les blousons ... Ouaf !
J'ai bien fait 2 ans de latin , pulcher rosa , j'ai même étudié les runes et la chanson des Nibelungen à la fac de "langue , littérature et civilisation allemandes" mais sans joie ni réussite ... J'ai salopé mon DEUG .
J'aurais voulu faire Sciences du langage mais c'était le seul UFR de la fac de lettres comportant des maths ... Je suis fermée aux maths .
Donc qu'est-ce qui nous relie toi et moi ? Un tag commun peut-être ( pour moi germaniste , "Tag" m'inspire le jour , j'aime pas ce vocable , je lui préfère "mot-clef" ) , l'amour de l'assemblage des mots ...

Oups , mon fils m'appelle ...

Écrit par : sandralou | samedi, 02 août 2008

Et des fils à la scolarité "sensible" aussi ;).

Si je peux faire découvrir aux gens une nouvelle vision de ce qu'ils n'aiment pas, c'est peut-être plus intéressant encore.

Écrit par : Milathea | samedi, 02 août 2008

Article très pertinent. De toute façon, même si j'avais l'envie de suivre la mode à la lettre, je n'en aurais ni le courage, ni le temps, ni l'argent: changer de garde-robe à chaque fois qu'un people ou un créateur de mode décide que le pattes d'eph sera remplacé par le slim ou vice-versa... Très peu pour moi ;p

Écrit par : mari6s | mardi, 19 août 2008

Les commentaires sont fermés.