Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Les Vertus de l'Acharnement | Page d'accueil | Le doux charme de la stupidité »

mercredi, 10 septembre 2008

Geste citoyen : soutenez la SPM !

Eh oui, l'extinction ne guette pas que la baleine à bosse et le panda chinois !  Nous avons découvert récemment une espèce gravement menacée : la Majuscule !

Par le passé, nous la voyions souvent gambader au début de nos petites phrases ou après un point - point qui, d'ailleurs, semble lui aussi connaître une diminution très préoccupante de ses effectifs...

Parfois, on voit aussi la malheureuse hors de son contexte et victime de la mode, emprisonnée au milieu d'un mot. Pensez à l'horrible souffrance que doit éprouver la malheureuse dans un mot écrit ainsi : majUscUle... Elle doit se sentir non seulement à l'étroit, mais aussi ridicUle !

Pourtant, la sauver serait si simple. Allez, un geste citoyen ! Adhérez à la SPM, la Société protectrice des Majuscules !

Au début d'une phrase, d'un nom propre ou après un point, qu'il soit classique, d'exclamation et d'interrogation, avant de taper la lettre, appuyez sur l'une des deux touches, de part et d'autre de votre clavier, qui comporte une flèche vers le haut. Gardez cette touche enfoncée pendant que vous frappez la lettre, puis relâchez-la. Comme le tri des ordures ménagères, ça ne vous prendra guère de temps ni d'effort et vous aurez allégé votre conscience.

majuscule.jpg

Commentaires

Personnellement, je suis peut-être tatillon mais je déteste voir mon prénom écrit sans majuscule... Même sur MSN, ça me fait un drôle d'effet...
De même, dans un texte, une majuscule permet de bien voir l'articulation des phrases, en plus du point...
Sauvons les Majuscules!

Écrit par : mari6s | samedi, 13 septembre 2008

Bien belle majuscule qui illustre cet article! Je dis "sauvons les majuscules". Elles sont utiles mais aussi tellement belles.

Écrit par : Martine Duvellier | vendredi, 12 mars 2010

N'ayant pas la patience d'être calligraphe, je me suis tournée vers la typographie. Le déclin de la majuscule s'accompagne à un autre niveau de celui du caractère, réduit à sa plus plate expression : je reste une grande nostalgique des audaces un peu fouillis du XIXe siècle (comme dans l'en-tête de certains ministères : six lignes et six caractères différents !)

Merci d'être passée.

Écrit par : Milathea | vendredi, 12 mars 2010

Les commentaires sont fermés.