Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Les mots qui tissent la toile | Page d'accueil | Geek et chic »

vendredi, 19 mars 2010

Blocage et déblocage

Tout commence par un blocage. Le blocage est fondamentalement différent du syndrome de la page blanche : là, c'est le syndrome de la page à moitié blanche. Grosse nuance !

Ce chapitre s'annonçait mal, de toute façon : l'action n'y avance quasiment pas et il cumule les facteurs de pesanteur. Une partie implique la difficulté des relations familiales, particulièrement entre parent et enfants, et les conséquences que peuvent entraîner des choix de vie... Je doit cultiver un recul nécessaire, il ne s'agit que d'artifices de fiction.

Tout le long passage impliquant Lock coule assez facilement. C'est avec Cid et le "marine général Thor-Jan Carsen que plus rien n'avance. Et le responsable est justement... Le dit "marine general". Mal cerné, sans motivation, il n'est qu'un sale type rigide et intolérant et je peine à le voir ainsi.

Au fil des extrapolations, je le dote d'une histoire pas si simple, qui le lie à d'autres personnages qui eux aussi manquaient d'une profondeur nécessaire. Face à ses propres contradictions, détenteur de lourds secrets, Jan-Thor prend chair à son tour. Une intrigue un peu étrange se trame en arrière-plan. Ainsi naissent les Seraphim (pluriel de Seraph) et leurs rapports complexes d'amour et de haine. Feront-ils un jour l'objet de leur propre saga ?

Rassérénée par cette bouffée d'inspiration, je trouve le courage de couper mon chapitre à un endroit judicieux pour l'intrigue autant que pour son calibrage et d'entamer l'écriture de deux nouvelles (l'une est terminée et en ligne sur mon site - je pense la publier ici également, en la tronçonnant un peu...) Je réalise que dans le fond, le fait d'avoir traîné sur ce passage m'a permis de créer cette intrigue secondaire. J'ai aussi développé les interactions entre Rag et Cid - quelque chose que je ne pensais pas faire - et donné plus de relief à mon Archange.

D'ailleurs, par curiosité, je me suis documentée un peu sur l'archange Raguel (modèle de notre super-flic), ce que je n'avais pas encore fait. Tout ce que je savais, c'était que cet archange "portait sa vengeance sur le monde des luminaires", c'est à dire sur le monde des apparences trompeuses. D'où le fait d'avoir donné ce nom à un modèle d'Archange "policier". Mais quand je le découvre également "archange de la justice, de l'équité et de l'harmonie", quand j'apprends qu''il est censé s'assurer que les autres anges travaillent  avec les mortels d'une façon harmonieuse et ordonnée "selon l'ordre divin", je me dis que mon inspiration m'a bien guidée !

Ma pause involontaire m'aura aussi permis un peu "d'art de fan" ou plutôt d'"art d'auteur" : j'aurai tenté de donner un visage à Becka, la mécano du Moonshine Runner.

czpof0x4eh.jpg

Commentaires

J'aime bien quand tu expliques ton processus d'écriture. Ca donne un éclairage nouveau à tes récits, en nous rappelant qu'un texte n'est pas juste une production figée, mais bien une construction de l'esprit et du coeur, qui s'enracine dans une durée (la réflexion, l'écriture, les retouches, l'interprétation...).

[PS : Rien à voir mais, maintenant que je suis sur Paris, c'est quand qu'on se fait une p'tite bouffe ? ;) ]

Écrit par : Nim' | jeudi, 25 mars 2010

C'est mort pour ce mois-ci, mais le mois prochain ? N'hésite pas à m'envoyer un mail !

Écrit par : Milathea | jeudi, 25 mars 2010

Les commentaires sont fermés.