Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Emancipation - deuxième partie | Page d'accueil | Emancipation - troisième partie »

dimanche, 21 mars 2010

Intertexte

Ce titre ne veut sans doute rien dire, mais il exprime de mon point de vue ce que seront ces quelques lignes.

Le retour du "A quoi bon ?" parce que de temps en temps, il est important de ressortir cette phrase classique aux relents de nihilisme dépressif. Cependant, je peux objecter que mon trajet dans la pénombre (c'est à dire, le parcours en aveugle de l'écrivain sans retours) est à présent piqué de petits puits de lumière : quelques remarques constructives, un excellent retour sur "Émancipation", l'intérêt et la curiosité sincères de plusieurs personnes et un peu de publicité (je dois ici remercier un de mes amis qui est devenu, en quelque sorte, mon "attaché de presse" sous Facebook, merci monsieur G. !) Le "A quoi bon ?" est un grand classique qui nous donne le sentiment d'appartenir à un cénacle de génies méconnus et de poètes maudits, le pratiquer à l'occasion est salutaire pour l'ego et la profondeur créative.

Je reste toujours aussi surprise en consultant les statistiques que mon article le plus consulté demeure mon "Ode funèbre à l'originalité vestimentaire". J'ose à peine imaginer la tête des "girlies" attirées par le tag "mode" quand elles atterrissent dessus. Aucune n'a hélas laissé de commentaire. Mais de toute façon, je pense qu'il en est de l'attitude "girlie" comme de la lecture de Télérama : on sait que c'est bourré d'âneries, mais on continue à pratiquer pour des raisons sociales. (Je m'excuse de cet accès de méchanceté gratuite, on m'a déjà accusée de "porter des jugements" sur les dindes - c'est à dire, d'avoir un avis sur le courant "girlie"...)

Voilà, c'était le billet qui ne sert à rien. Après avoir virtuellement abandonné ce blog, je le charge et je le surcharge. Je suis en phase d'extraversion pathologique, ça finira bien par passer un jour...

 

Commentaires

" Voilà, c'était le billet qui ne sert à rien."
Mais souvent, c'est ce qui ne sert à rien qui s'avère être de la plus grande utilité.
Cordialement

Écrit par : Bertrand | lundi, 22 mars 2010

Les commentaires sont fermés.