Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Un choix... | Page d'accueil | Une page charentaise : les « chasseurs » de la Baie d’Yves »

jeudi, 25 mars 2010

Emancipation - cinquième partie

Ma question semble le surprendre un peu... Non, ce n'est pas la question. Mais le fait que je l'aie posée. Je suppose qu'il n'y a pas grand monde pour évoquer son passé. Mais vu là d'où je viens, je ne suis pas du genre à m'imposer ce style de tabou.

Il se laisse légèrement aller dans son fauteuil, les mains croisées derrière la nuque, étend ses longues jambes, fixe son regard vers le plafond :

"C'est difficile à décrire, quand on ne connaît rien d'autre. Tout ce que je peux dire, c'est qu'on ne nous laissait jamais inoccupés. Il y avait toujours quelqu'un pour nous surveiller, pour examiner tout ce que nous faisions et comment nous le faisions, pour mesurer nos facultés et vérifier que nous demeurions psychologiquement stables. Tout concept de vie privée et de solitude nous était inconnu."

Il marque une pause, avant de remarquer :

"C’est peut-être pour cela que j’apprécie un peu de paix de temps à autres."

Je peux tout à fait le comprendre. J’ai quasiment toujours vécu en communauté. Dortoirs, salles de formation, préaux, équipes de travail, rues un peu trop fréquentées… Mais on peut être seul parmi la multitude.

Passé une certaine heure, plus personne n’est censé travailler dans les locaux. Les lumières baissent d’intensité, plongeant la pièce dans une douce pénombre, une ambiance qui porte aux confidences. C’est peut-être pour cela que je m’enhardis un peu :

"Tu avais des amis ?"

Encore une fois, un temps de silence.

"Je suppose que oui, mais nous ne les appelions pas ainsi. Nos encadrants parlaient de sujets d’interaction préférentiels."

Il se tourne légèrement vers moi :

"Nous autres, ceux des autres derniers modèles, nous étions un peu plus jeune que ceux des trois premiers modèles. La production des Mikâ’él, des Rafâ’él et des Gabre’él remontait à près de vingt ans, c’était un processus bien éprouvé. Par rapport à eux, nous étions très peu nombreux. Nous étions à peu près trois ou quatre par série à avoir survécu jusqu’à l’autonomie fonctionnelle. Tous les sujets ne sont pas viables à l’étape expérimentale."

A suivre...

Mikâ’él, Rafâ’él, Gabre’él :

Premiers modèles d'Archanges conçus : les Mikâ'él sont plutôt des guerriers, les Rafâ'él, des éléments d'intervention et de secours, les Gabre'él des agents de renseignement.

Les commentaires sont fermés.