Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« La reprise | Page d'accueil | La découverte du jour... »

samedi, 15 mai 2010

L'Enquête - première partie

La vie de bureau vous inspire parfois de curieuses histoires... L'Enquête en fait partie. Comme d'habitude, vous pouvez trouver la version intégrale sur le site de Paradis XXIV.

 

"Une enquête personnalisée ? Pourquoi ? Un formulaire en ligne ne pouvait pas faire l'affaire ?"

Le capitaine Lockhart, des Forces spéciales de l'ISO, jeta un regard perplexe vers l'agent du service d'intendance qui se tenait devant lui, un datapad à la main. Jack Vaber dansa nerveusement d'un pied sur l'autre et promena son regard sur l'équipe, présente au grand complet dans le bureau, avant de répondre :

"Cela fait des années que nous employons des formulaires en ligne, répondit-il enfin. Et cela fait des années qu'ils sont modifiés derrière notre dos par les comtech."

Le visage énergique de Lockhart se fendit d'un large sourire et il jeta un coup d'œil vers la mince jeune femme aux longs cheveux blond pâle, avachie dans son siège, qui les observait avec curiosité :

"C'est vrai, Berry ?"

Bérénice Férier esquissa une légère moue :

"Les statistiques comportent toujours une part d'inexactitude qu'il faut bien pondérer.

- Mais ce n'est pas vraiment... réglementaire."

Lockhart semblait beaucoup s'amuser, le reste de son équipe aussi. Même la jolie fille un peu trop rigide qui lui servait de second arborait un léger sourire.

"Est-ce que c'est si grave que ça, Lock ? Répliqua Férier d'un ton dégagé. Après tout, c'est du distributeur de boissons chaudes que nous parlons."

Le jeune lieutenant Weiss éclata de rire. Vaber lui lança un regard noir : ce gamin lui portait vraiment sur les nerfs. Sans parler des caporaux Burke et Aden qui souriaient dans leur coin et de  Guttirez, le sergent genhum qui l'observait pensivement depuis son bureau, comme s'il avait été une mouche collée sur un mur.

"Justement, répliqua-t-il, vous devez comprendre l'intérêt du service. Nous souhaitons adapter précisément l'offre à la demande, afin d'éviter de rester avec des stocks excédentaires sur les bras et de gâcher les crédits de l'ISO."

Il s'éclaircit la voix :

"Bien, capitaine Lockhart, est-ce que vous êtes prêts, ainsi que votre équipe, à répondre à cette enquête ?"

Lockhart haussa les épaules, sans essayer de dissimuler l'amusement qui jouait dans ses yeux gris pâle :

"Si c'est dans l'intérêt du service... Je vais montrer l'exemple."

Il se frotta pensivement le menton :

"Café noir, serré, sans sucre. Une consommation...  importante.

- Les chefs d'équipes subissent un entraînement d'accoutumance à la caféine avant d'intégrer leur  poste !", murmura Weiss, juste assez fort pour que Vaber puisse l'entendre.

Lock lança un regard faussement sévère vers son jeune lieutenant :

"Puisque tu fais le malin, c'est ton tour."

A la lueur impertinente qui dansait dans les prunelles bleu-vert du garçon, Vaber craignit le pire...

"Pour moi... Café léger, légèrement sucré. Une consommation moyenne. Je n'ai pas encore eu le temps de prendre de bonnes habitudes...", ne put-il s'empêcher d'ajouter.

Vaber décida de ne pas relever et se tourna vers le premier lieutenant :

"Café noir, serré, sucré... aromatisé à la cardamome", répondit la jolie brune avec docilité.

Et voilà. Les ennuis commençaient. Pourquoi fallait-il toujours que certains se distinguent ? Avec un soupir, il se tourna vers la comptech blonde :

"Pour moi, c'est plutôt du thé, de préférence du thé blanc, issu de la culture biologique et sans modification génétique des souches. Sans sucre, bien évidemment."

Elle lui adressa un sourire adorable. Vaber ne put s'empêcher de sourire en retour, sans doute pour ne pas pleurer.

"Café TRES noir... avec marc, déclara Aden avec conviction. Sucré pour moi, sans sucre pour Burke."

Son collègue opina du chef. L'agent du service d'intendance prit note : ce n'était pas pire qu'autre chose, au point où il en était. Enfin, il interrogea du regard le grand sergent aux yeux dorés :

" Tesseko, sans sucre", répondit ce dernier aimablement.

Vaber écarquilla les yeux puis les baissa vers sa tablette en grommelant intérieurement : il y avait vraiment quelqu'un qui buvait ce truc ? S'il fallait une preuve que les genhum n'étaient pas faits comme tout le monde, c'en était bien une !

"Ce sera tout ?" Fit Lockhart, à deux doigts d'éclater de rire.

Vaber pivota vers lui avec raideur :

"Ce sera tout. Merci de votre coopération."

En sortant, il poussa un soupir de soulagement. Les Soffies étaient tous des individus bizarres selon ses critères, mais l'équipe de Lockhart remportait la palme. Il s'arma de courage : il n'avait plus qu'à finir cet étage et son travail sur ce dossier serait terminé. Il n'en entendrait sans doute même plus parler...

Il se trompait.

A suivre

 

Les commentaires sont fermés.