Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« L'attaque des blogs spammeurs... | Page d'accueil | Vous n'aimez pas la SF... ? »

dimanche, 16 mai 2010

L'Enquête - deuxième partie

La suite de l'enquête de Jack Vaber dans le monde impitoyable de l'ISO...

Vaber semblait porter le poids du monde sur ses épaules : pourquoi son supérieur avait-il décidé que ses subordonnés devraient délivrer les résultats de l'enquête en personne et que l'équipe de Lockhart ferait partie de sa zone ?

Il passa une tête prudente dans le bureau : dans son habitacle aux parois vitrées, Lockhart semblait affairé. Trop affairé, sans doute, pour perdre du temps sur les résultats d'une enquête sur le distributeur de boissons chaudes. Il s'apprêtait à battre en retraite mais il avait compté sans l'œil observateur et le tempérament nuisible de Weiss :


"Lock, nous avons de la visite !"


Le capitaine se leva et fit signe à Vaber d'approcher tout en sortant de son bureau :


"Entrez ! Fit-il avec un grand sourire. Nous vous attendions."


Vaber rentra presque à reculons dans la salle :


"Vous... Vous m'attendiez ?


- Bien sûr. Nous avons été prévenus de votre passage par un message circulaire."


L'agent du service d'intendance grimaça. Il prit une longue inspiration et frémit sous le poids des regards braqués sur lui. Il plongea son regard dans l'écran de son
datapad et commença d'une voix monocorde :

"En fait, je dois juste vous avertir que nous ne nous sommes pas basés que sur les statistiques. L'enquête a été soumise à une commission qui a délibéré de l'opportunité de demandes... minoritaires."


Il releva prudemment les yeux : les membres de l'équipes l'écoutaient religieusement, suspendus à ses paroles. Il se tourna vers Lock qui attendait, les bras croisés, appuyé contre la paroi de verre de son bureau individuel :


"Bien entendu, vos préférences, ainsi que celles du lieutenant Weiss, entrent dans les normes majoritaires."


Le jeune officier secoua dramatiquement la tête :


"Si j'avais su, j'aurais essayé de me singulariser un peu plus.


- Je trouve que tu te singularises déjà bien assez comme ça", rétorqua le lieutenant Carsen, caustique.


Elle tourna des yeux verts emplis d'expectative vers Vaber :


"Lieutenant, déclara-t-il courtoisement, il a été considéré que vos préférences, bien qu'assez rares, présentaient une petite touche de classe et de sophistication qu'il était intéressant de maintenir. Nous allons d'ailleurs diversifier les choix de café aromatisés."


Bien que satisfaite, Carsen était manifestement un peu surprise que ses goûts soient qualifiés de "sophistiqués". Vaber secoua la tête : s'il y avait quelque chose de plus agaçant que les filles de famille, c'était les filles de famille quelque peu... larguées.


Il regarda de nouveau son
datapad et décida de passer à la comptech :

"
Misser, votre demande rejoignait sur le fond une cinquantaine d'autres. Nous allons mettre à disposition des produits biologiques : aussi bien café que thé. Je ne peux pas vous promettre spécifiquement de thé blanc, mais du thé vert pourra peut-être faire l'affaire ?"

La
comptech fit une petite moue :

"Éventuellement..."


Puis, brusquement, la moue se transforma en un large sourire :


"Mais c'est déjà bien !"


Vaber ne put s'empêcher de ressentir un peu de baume au cœur en voyant la charmante
comtech manifester sa satisfaction.

Les deux caporaux le regardaient, les mains sur les hanches, l'air un peu menaçant. Il décida de régler rapidement ce problème :


"La commission a pleinement conscience que votre type de consommation est assez répandue dans les zones... excentrée de l'Intermonde, fit-il en souriant un peu  nerveusement. Elle pense que l'intégrer au choix actuel montre que les cultures alternatives extra-solaires doivent être prises en compte."


Les deux hommes se regardèrent puis, finalement, Burke déclara :


"Je ne suis pas sûr d'avoir tout compris, mais ça nous convient !"


Aden asséna à son binôme une tape sur l'épaule et les deux éclatèrent de rire.


Vaber poussa un soupir de soulagement. Une bonne chose de faite.


Restait le plus difficile...

(à suivre)

Les commentaires sont fermés.