Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 27 octobre 2010

Voyage dans le tag "Ecriture"

Les "tags les plus populaires" d'HautetFort (à traduire en langage normal par : les tags les plus employés par une foule de gens qui se sentent forcés de tous parler de la même chose) représentent sans doute l'entrée que je fréquente le plus, car c'est la seule qui au final - au-delà de la manifeste carence d'originalité - ne discrimine pas. Petits et gros se retrouvent à peu près au même niveau.

Il y a eu, certes, la période amusante des "blogs spammeurs" qui employaient ces tags populaires au hasard pour apparaître dans ces listes, mais cet interlude est terminé. Fort heureusement, car les plaisanteries les plus courtes sont les meilleures.

Mon tag de prédilection, depuis que je me suis jetée dans l'assemblage aléatoire de mots, est Ecriture. Cependant, ce tag Ecriture n'est pas des plus "populaires", contrairement au terme Littérature qui rassemble en un vaste magma scribouilleurs et bouquineurs.

La littérature relève de l'art. L'écriture de l'artisanat. C'est sans doute l'explication. Et l'une des raisons pour lesquelles je ne serai jamais un véritable "auteur", juste une dilettante.

Ca me convient.

lundi, 16 août 2010

Jeu des cinq tags : 16 août 2010, 23 h

Cela faisait un temps... respectable que je ne m'étais pas livrée à ce jeu un peu gamin et badin - ou même mesquin ? Car soyons réalistes : quelle personne dotée d'un tant soit peu de maturité et douée d'une once (minimale) de bon goût oserait se moquer ouvertement des redondances thématiques de nos contemporains, qui ont un don certain pour penser à la même chose, tous à la fois ?

Ce qui me surprend le plus, au premier abord, dans les mots du jour, c'est de voir que le tag dominant, qui a su appliquer les principes darwinistes sur ses concurrents, est... littérature. Surprenant : pour une fois, un de mes tags constants depuis plus de six mois appartient au domaine du populaire (sens positif du terme - mieux vaut préciser car même en dépit de mon niveau d'étude parait-il élevé, je peine parfois à trouver un sens aux articles ainsi tagués...)

Mais je triche, il faut que je m'astreigne à mes propres règles dans la poursuite de ce petit morceau de littérature héroïque. Nos contemporains ont profité de leurs vacances pour lire mais aussi, de toute évidence, prendre des photos. Je me demande parfois si la boîte à image n'est pas, en cette époque où les mots font défaut, le meilleur moyen de se vanter de tout ce qu'on a fait plus loin, mieux que les autres. J'ai envie de publier mes clichés de flaques d'eau... Je doute que les instances autorisées puissent voir que le ciel se reflétait dedans.

Même si à mes yeux, mes flaques sont plus porteuses de message que n'importe quel discours. Il faut dire que cela fait longtemps que je suis la politique d'une oreille distraite - et qu'entre le foot et les reportages sur le Ramadan, je peine à saisir des bribes de sens. Peut-être que je n'en ai pas envie, et que comme le foot me rebute et le Ramadan ne me concerne pas, rien ne peut retenir mon oreille distraite sur les points importants.

Autrement dit, je ne suis pas une bonne citoyenne. Je ne l'ai jamais été. D'ailleurs, comme j'en fournis largement la preuve sur ce blog, je suis un individu louche - même pas une rebelle conformiste comme notre société les adore. Ce n'est pas nouveau.

 

5mots.jpg

lundi, 05 juillet 2010

Les blogs à succès : petite réflexion franche

Parfois, il m'arrive d'aller voir les blogs les plus commentés ou les plus fréquentés, autant parce que je ne veux pas être considérée comme encore plus décalée que je ne le suis en réalité... enfin, bref, je ne veux pas mourir idiote et j'essaie de comprendre, voire d'apprécier. Mais mes raisonnements profonds doivent vraiment comporter une composante anormale car décidément... je n'adhère pas.

Certains de ces blogs reposent sur une sorte de prestation de service : du style "nous avons testé pour vous..." ou "j'ai trouvé tel produit ou article de mode à tel endroit à tel prix". Je ne doute pas de leur utilité pour une frange de la population dont la fibre consumériste est plus rationnelle que la mienne : je suis principalement une acheteuse locale et opportuniste. Mis à part pour les ordinateurs et le matériel technique en général (mon côté Geekette sans doute...), ma durée de réflexion avant de me lancer dans un achat ne dépasse pas deux minutes - et encore, c'est souvent parce que je dois choisir entre deux couleurs.

D'autres blogs se donnent pour but de retransmettre l'information, sans pour autant l'éclairer par un avis personnel. J'ai peine à croire que ces diffusions tous azimuts permettent une meilleure information du public... Elles provoquent plutôt, à mon avis, un effet de "bruit" (c'est à dire  l'irruption d'une masse de données trop dense pour qu'on puisse y trouver l'information pertinente) mais là encore, mais il y a une position idéologique qui en vaut une autre.

(Cependant, je trouverai toujours que le concept de "blog thématique" est un peu une trahison au concept même du blog - il devient le support d'un site web dynamique parce que le blogueur n'a pas les connaissances techniques ou pas l'envie de plonger les mains dans le code d'un véritable site web. Je soufflerais bien "CMS, CMS..." mais je pourrais tout autant parler tibétain.)

Enfin, il y a les blogs personnels, où d'autres blogueurs et blogueuses "lambda" étalement leur vie et leurs réflexions sur tous les sujets qui leur traversent l'esprit. Ce sont - en théorie - des blogs selon mon coeur : ils abordent tout, n'importe quoi, même les éléments les plus mineurs d'une vie, ils sont bien écrits... mais quand je les parcours, je ne leur trouve pas forcément un intérêt qui justifie une telle effervescence. Parce que franchement, il y en a tant d'autres, tout aussi intéressants, qui ne rencontrent pas un tel succès Ce serait malhonnête de ne pas reconnaître que je me pose LA question : pourquoi eux et pas moi ?

La réponse tient, à mon avis à deux phénomènes.

Le premier : leur côté consensuel (si j'étais aussi peste que je prétends l'être, je dirais "conformiste"). Ils traitent d'un quotidien qui parle à la majorité de leurs lecteurs. Leurs rédacteurs ne se baladent pas costumés lors des conventions, n'écrivent pas science-fiction et ne se demandent pas à longueur de lignes pourquoi ils se sentent aussi décalés face au reste de l'humanité que s'ils descendaient de Mars...

Le second :  de toute évidence, leur capacité à se bâtir un réseau relationnel, sans doute parce qu'ils savent commenter les autres et dire juste ce qu'il faut pour susciter leur intérêt.  Ils parviennent à enrichir les rangs de leurs visiteurs / commentateurs avec une calme assurance, à les garder toujours aussi présents et actifs.

Le fait que je ne parvienne à m'intéresser qu'à un tout petit nombre de blogs devrait me rendre moins amère sur le fait que peu de gens s'intéressent au mien - c'est un juste retour des choses ! Si les aspirations de ces blogueurs me sont aussi étrangères, pas étonnant qu'ils ne trouvent pas le moindre intérêt à mes divagations. Et cependant, je ne parviens pas à croire que ces personnes sont intégralement définies par leurs écrits et que je n'aimerais pas les fréquenter en tant que personnes.

Attention ! Je ne tiens pas un blog pour être au centre des choses - je ne l'ai jamais été de façon positive, de toute façon. A la suite de la seule de mes initiatives qui ait rencontré un écho minime dans le blogosphère, j'ai découvert sur d'autre blogs des critiques à mon encontre - en tant que personne et blogueuse, que leur auteur n'avait même pas eu le courage de me notifier directement. J'en garde un peu de rancune et un rien d'amertume.

Mais depuis, rien de ce que j'ai pu faire ou dire n'a suscité le moindre écho et cela m'offre une certaine liberté de dire ce que personne n'ose dire, de critiquer ce qu'il n'est pas consensuel de critiquer dans le microcosme. Je me demande si les auteurs de ces blogs "à succès" peuvent se permettre tant de liberté. Car même ceux qui se veulent anti-conformistes le sont de façon... conformiste, comme nombre de soit-disant rebelles et d'adolescents en recherche de reconnaissance. Je n'ai pas à conserver à tout prix une image qui n'est peut-être pas tout à fait la mienne. Toute liberté a un prix. Et même si je n'ai pas vraiment le choix, j'aurais tort de ne pas reconnaître cet avantage.

12:48 Publié dans Sur le fil | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : internet, blogs, blog, succès

vendredi, 02 juillet 2010

Forum pour blogueurs et autres écrivains du net...

Lancer des initiatives, cela me connaît. Quinze à la douzaine, s'il le faut. Cependant, la plupart ne vont pas au-delà de l'annonce puisque dès que j'ai une idée, personne ne semble en avoir réellement besoin. Soit parce que les gens ont leur propre idée, forcément meilleure, soit parce que les idées des autres ne les intéresseront jamais. Bref, les projets inutiles viennent s'entasser joyeusement au fond de mes tiroirs au milieu de tout un fatras de projets avortés - que ce soient les miens ou ceux dans lesquels je me suis imprudemment embarquée.

Ce qui manque sur certains hébergeurs de blogs (suivez mon regard...), c'est la possibilité pour les blogueurs de créer une véritable communauté - avec des outils communautaires. Mais est-ce souhaitable ? Au delà du temps et de l'énergie que peut prendre la gestion quotidienne d'un forum, surtout s'il est destiné à rassembler une vaste communauté, il faut aussi prendre en compte le fait que cela donnerait une tribune aux "petits", ceux qui pédalent dans l'ombre et qui ne sont pas assez beaux ni assez grands ni assez forts pour qu'on les pavane dans les premières pages. Et là... il y a danger.

Quand j'ai décidé de créer un nouveau forum, c'était pour donner aux lecteurs de Paradis XXIV un support d'expression digne de ce nom. Mais je me suis dit que ce serait idiot de créer un forum pour chaque projet d'écriture et ce blog est donc devenu plus généraliste, en englobant le thème de l'écriture sur le Web.

Mais bien entendu, je ne me base sur les attentes de personne sinon les miennes. Je n'ai pas l'âme d'une commerciale, d'une gestionnaire ou d'une chargée de communication. Encore un forum qui vivotera péniblement avec un ou deux messages par mois, mais comme il est beau, je pourrai toujours venir le regarder, juste pour le plaisir de yeux.

LA FEUILLETONISTE

Je l'ai aussi lié à ce blog, sans raison particulière, sinon peut-être d'inciter mes rares connaissances de la blogosphère à venir le découvrir. Si quelqu'un veut profiter de l'invitation, il est bien sûr le bienvenu, mais je peux rester sereine : ce forum ne fera pas de moi une webmestre débordée.

 

 

mercredi, 30 juin 2010

Petite recette pour blogueur peu inspiré

Ces derniers temps, je n'ai pas vraiment été au rendez-vous sur mon blog. Ce n'est pas qu'il n'y avait rien à dire : il y a eu la saison chorale, tragi-comique en un sens, mais qui se termine sur quelques bonnes nouvelles, le mois de juin en général, dont nous avons loupé quelques jalons important à cause d'une panne de voiture, mon activité professionnelle qui s'est vengée de mon peu d'attrait pour elle ces temps-ci en me tirant du lit à des heures malhonnêtes...

Promis, j'arrête, je sais que les phrases trop longues sont mon défaut d'écriture majeur, du moins aux yeux de gens qui ne partagent pas ma fibre dix-neuvièmiste.

J'aurais pu cependant entretenir ce blog à peu de frais, en me rabattant sur une recette qui semble très bien marcher pour les autres - même si cela demande :

- une capacité certaine pour la recherche sur Internet ;

- un ouvrage du style "La littérature pour les nuls" ou "Les plus grandes citations de la littérature ......." (remplacez les points par un pays/courant littéraire/etc.) ;

- une certaine fibre artistique - de préférence dans la catégorie "poster pour la porte de la chambre à coucher".

Le tout servant à composer des articles consistant invariablement en : une citation (plus) une photo/un dessin/une peinture très vaguement en rapport - et si ça ne l'est pas, laissons les lecteurs trouver eux-mêmes ce rapport, il faut bien qu'ils travaillent eux-aussi.

Je sais... J'avais promis de ne pas me conduire en peste, mais cela fait bien longtemps que ces phrases me titillent et cherchent à s'échapper. De toutes les façons, ce n'est pas un article de mon blog ultra-confidentiel qui va provoquer une révolution parmi les "citationistes" de la blogosphère.