Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 16 août 2010

Jeu des cinq tags : 16 août 2010, 23 h

Cela faisait un temps... respectable que je ne m'étais pas livrée à ce jeu un peu gamin et badin - ou même mesquin ? Car soyons réalistes : quelle personne dotée d'un tant soit peu de maturité et douée d'une once (minimale) de bon goût oserait se moquer ouvertement des redondances thématiques de nos contemporains, qui ont un don certain pour penser à la même chose, tous à la fois ?

Ce qui me surprend le plus, au premier abord, dans les mots du jour, c'est de voir que le tag dominant, qui a su appliquer les principes darwinistes sur ses concurrents, est... littérature. Surprenant : pour une fois, un de mes tags constants depuis plus de six mois appartient au domaine du populaire (sens positif du terme - mieux vaut préciser car même en dépit de mon niveau d'étude parait-il élevé, je peine parfois à trouver un sens aux articles ainsi tagués...)

Mais je triche, il faut que je m'astreigne à mes propres règles dans la poursuite de ce petit morceau de littérature héroïque. Nos contemporains ont profité de leurs vacances pour lire mais aussi, de toute évidence, prendre des photos. Je me demande parfois si la boîte à image n'est pas, en cette époque où les mots font défaut, le meilleur moyen de se vanter de tout ce qu'on a fait plus loin, mieux que les autres. J'ai envie de publier mes clichés de flaques d'eau... Je doute que les instances autorisées puissent voir que le ciel se reflétait dedans.

Même si à mes yeux, mes flaques sont plus porteuses de message que n'importe quel discours. Il faut dire que cela fait longtemps que je suis la politique d'une oreille distraite - et qu'entre le foot et les reportages sur le Ramadan, je peine à saisir des bribes de sens. Peut-être que je n'en ai pas envie, et que comme le foot me rebute et le Ramadan ne me concerne pas, rien ne peut retenir mon oreille distraite sur les points importants.

Autrement dit, je ne suis pas une bonne citoyenne. Je ne l'ai jamais été. D'ailleurs, comme j'en fournis largement la preuve sur ce blog, je suis un individu louche - même pas une rebelle conformiste comme notre société les adore. Ce n'est pas nouveau.

 

5mots.jpg

Ecriture à thème : première session

Finalement, le règlement "première façon" a été conservée La première session d'écriture à thème tournera autour des trois thèmes suivants :

[01-01] - Le plus dur reste à venir / Aventure

[01-02] - La Magie des miroirs / Science-Fiction

[01-03] - Le sable et les étoiles / Libre

La session durera six mois, afin de donner même aux plus lents d'entre nous le temps de s'y mettre.

J'aime à croire en cette (toute) petite communauté. J'aime à croire que d'autres viendront se joindre à nous, peu m'importe par quel chemin - même si ce blog est un sentier bien déserté ; je ne suis pas particulièrement douée pour placer des panneaux indicateurs.

Cependant, on peut croire au hasard, aux miracles, aux chemins de traverse, aux sentiers creux...et se retrouver par hasard dans l'antre de la Feuilletoniste.

N'hésitez pas à franchir le seuil !

mardi, 10 août 2010

Ecriture à thème, un soucis de règlement !

"La Feuilletoniste" poursuit son petit chemin, avec un petite communauté sympathique.

Après avoir commencé à échanger sur nos travaux respectifs, nous nous portons vers des sessions d'écriture à thème. J'ai tenté de rédiger un règlement... que voici :

Les thèmes

Choix des thèmes : utilisation d'un générateur de thèmes afin que tout le monde soit sur un pied d'égalité.

Désignation des thèmes :
chaque thème est défini par une thématique et un genre et se voit attribué un code (numéro de session + numéro de thème).

Nombre de thèmes : trois thèmes sont proposés à chaque session, dans des genres différents (littérature générale, littérature de l’imaginaire, « libre »).

Exemple :
[01-01] Moment de vérité / Aventure
[01-02] Il ne pleuvait même pas / Science Fiction...
[01-03] Tenir l'univers dans sa main / Libre


Fréquence des thèmes : une nouvelle série de trois thèmes est proposée tous les trois mois.

Durée des thèmes : les thèmes restent actifs durant une période de six mois. Au delà de cette période, les participants peuvent toujours exploiter ces thèmes, mais leur participation sera considérée comme "hors session".

Bilans : au terme de chaque session de six mois, est effectué un bilan des participations. Les contributions de chaque session seront regroupées dans une petite anthologie sous forme PDF.

Participants

Tout participant peut proposer une contribution, même s'il ne fait pas partie des membres actifs du forum. Il lui sera juste demandé de s'inscrire sur le forum et de se présenter dans la rubrique : "Introduction des visiteurs" avant toute contribution.

Publication des contributions

Les contributions seront publiées sous forme de sujets dans ce forum.

Le titre de la participation doit comporter : le code du thème (entre crochets) et le titre de la contribution (ou une version abrégée s'il est trop long).

Exemple :
[01-02] Escale sur Floko
[01-03] La solitude du démiurge amateur


Si la contribution est « hors session », le sigle HS doit figurer dans le code.

Exemple :
[01-01 HS] Sur un pont, dans la brume…


Une contribution peut être publiée en plusieurs messages à suivre si le texte est long et/ou se divise en plusieurs parties.

Une fois la contribution en ligne, elle doit être refermée par un message comportant la mention : "Contribution terminée". Une contribution non "refermée" au bout de six mois sera considérée comme hors-session.

Seules les contributions "fermées" pourront faire l'objet de critiques et de remarques, qui seront postées par les lecteurs à la suite de la contribution.

Une contribution peut être modifiée tant que la session est ouverte.

Forme des contributions

Chaque publication doit être précédée par le rappel de la thématique et du style.

Exemple :
Thème : Il ne pleuvait même pas...
Style : Science-Fiction
Remarque : (éventuellement)


Remarques annexes :

Les participants peuvent publier autant de contributions, sur autant de thèmes qu’ils le souhaitent

Les contributions doivent appartenir au domaine narratif, théâtral ou poétique.

Les contributions dérivées du domaine de la fanfiction ou des webséries sont parfaitement autorisées. Il est juste demandé, dans le cas de l'emploi de personnages dont l'auteur n'est pas le créateur, de le préciser en introduction.

En cas de citations extensives d'une œuvre littéraire ou de paroles de chansons, prière d'en mettre la référence sous les "remarques" en en-tête.

En dehors de ces quelques contraintes de forme, pas de contrainte de longueur, nous vous faisons confiance !

Remarque (pas inexacte) d'un des membres : trois thèmes, c'est bien trop pour notre petite communauté. J'ai donc présenté une seconde possibilité :


Ou alors, donner deux thématiques, deux genres, et laisser les gens faire leur mélange ? 

Ce qui donnerait :

Moment de vérité (ou) Il ne pleuvait même pas à traiter en Aventure (ou) Science-Fiction...
Ce qui peut dans le fond être assez drôle !

Personne ne semble pouvoir trancher. Et certainement pas moi.

Image

(Désolée pour la pastille jaune. J'aime particulièrement celui-ci. Je suis tombée au niveau du pictogramme. Trop écrire peut vous donner des envies de simplicité.)

lundi, 05 juillet 2010

Les blogs à succès : petite réflexion franche

Parfois, il m'arrive d'aller voir les blogs les plus commentés ou les plus fréquentés, autant parce que je ne veux pas être considérée comme encore plus décalée que je ne le suis en réalité... enfin, bref, je ne veux pas mourir idiote et j'essaie de comprendre, voire d'apprécier. Mais mes raisonnements profonds doivent vraiment comporter une composante anormale car décidément... je n'adhère pas.

Certains de ces blogs reposent sur une sorte de prestation de service : du style "nous avons testé pour vous..." ou "j'ai trouvé tel produit ou article de mode à tel endroit à tel prix". Je ne doute pas de leur utilité pour une frange de la population dont la fibre consumériste est plus rationnelle que la mienne : je suis principalement une acheteuse locale et opportuniste. Mis à part pour les ordinateurs et le matériel technique en général (mon côté Geekette sans doute...), ma durée de réflexion avant de me lancer dans un achat ne dépasse pas deux minutes - et encore, c'est souvent parce que je dois choisir entre deux couleurs.

D'autres blogs se donnent pour but de retransmettre l'information, sans pour autant l'éclairer par un avis personnel. J'ai peine à croire que ces diffusions tous azimuts permettent une meilleure information du public... Elles provoquent plutôt, à mon avis, un effet de "bruit" (c'est à dire  l'irruption d'une masse de données trop dense pour qu'on puisse y trouver l'information pertinente) mais là encore, mais il y a une position idéologique qui en vaut une autre.

(Cependant, je trouverai toujours que le concept de "blog thématique" est un peu une trahison au concept même du blog - il devient le support d'un site web dynamique parce que le blogueur n'a pas les connaissances techniques ou pas l'envie de plonger les mains dans le code d'un véritable site web. Je soufflerais bien "CMS, CMS..." mais je pourrais tout autant parler tibétain.)

Enfin, il y a les blogs personnels, où d'autres blogueurs et blogueuses "lambda" étalement leur vie et leurs réflexions sur tous les sujets qui leur traversent l'esprit. Ce sont - en théorie - des blogs selon mon coeur : ils abordent tout, n'importe quoi, même les éléments les plus mineurs d'une vie, ils sont bien écrits... mais quand je les parcours, je ne leur trouve pas forcément un intérêt qui justifie une telle effervescence. Parce que franchement, il y en a tant d'autres, tout aussi intéressants, qui ne rencontrent pas un tel succès Ce serait malhonnête de ne pas reconnaître que je me pose LA question : pourquoi eux et pas moi ?

La réponse tient, à mon avis à deux phénomènes.

Le premier : leur côté consensuel (si j'étais aussi peste que je prétends l'être, je dirais "conformiste"). Ils traitent d'un quotidien qui parle à la majorité de leurs lecteurs. Leurs rédacteurs ne se baladent pas costumés lors des conventions, n'écrivent pas science-fiction et ne se demandent pas à longueur de lignes pourquoi ils se sentent aussi décalés face au reste de l'humanité que s'ils descendaient de Mars...

Le second :  de toute évidence, leur capacité à se bâtir un réseau relationnel, sans doute parce qu'ils savent commenter les autres et dire juste ce qu'il faut pour susciter leur intérêt.  Ils parviennent à enrichir les rangs de leurs visiteurs / commentateurs avec une calme assurance, à les garder toujours aussi présents et actifs.

Le fait que je ne parvienne à m'intéresser qu'à un tout petit nombre de blogs devrait me rendre moins amère sur le fait que peu de gens s'intéressent au mien - c'est un juste retour des choses ! Si les aspirations de ces blogueurs me sont aussi étrangères, pas étonnant qu'ils ne trouvent pas le moindre intérêt à mes divagations. Et cependant, je ne parviens pas à croire que ces personnes sont intégralement définies par leurs écrits et que je n'aimerais pas les fréquenter en tant que personnes.

Attention ! Je ne tiens pas un blog pour être au centre des choses - je ne l'ai jamais été de façon positive, de toute façon. A la suite de la seule de mes initiatives qui ait rencontré un écho minime dans le blogosphère, j'ai découvert sur d'autre blogs des critiques à mon encontre - en tant que personne et blogueuse, que leur auteur n'avait même pas eu le courage de me notifier directement. J'en garde un peu de rancune et un rien d'amertume.

Mais depuis, rien de ce que j'ai pu faire ou dire n'a suscité le moindre écho et cela m'offre une certaine liberté de dire ce que personne n'ose dire, de critiquer ce qu'il n'est pas consensuel de critiquer dans le microcosme. Je me demande si les auteurs de ces blogs "à succès" peuvent se permettre tant de liberté. Car même ceux qui se veulent anti-conformistes le sont de façon... conformiste, comme nombre de soit-disant rebelles et d'adolescents en recherche de reconnaissance. Je n'ai pas à conserver à tout prix une image qui n'est peut-être pas tout à fait la mienne. Toute liberté a un prix. Et même si je n'ai pas vraiment le choix, j'aurais tort de ne pas reconnaître cet avantage.

12:48 Publié dans Sur le fil | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : internet, blogs, blog, succès

samedi, 03 juillet 2010

Magnificat original soundtrack

Comme je suis curieuse de nature, je n'ai pas pu m'empêcher d'aller jeter une oreille au futur programme musical de ma principale chorale : le Magnificat du compositeur britannique John Rutter, dont voici le premier mouvement par le Bow Valley Chorus.

Ce compositeur contemporain (encore vivant et alerte !) est sans doute connu dans le monde anglo-saxon, mais en France, je doute que ce soit le cas, même dans le microcosme choriste. De son propre aveux, il compose des oeuvres "abordables pour des chorales d'amateurs". Merci à lui !

A l'écoute, ses compositions ont une couleur très "filmographique" (d'où ce "Magnificat original soundtrack") et j'y retrouve des accents et des harmonies qui me rappellent les compositions les plus orchestrales de John Barry.

Notre interprétation n'aura pas ce soutien orchestral - nous nous contenterons d'un piano. Ce qui, je pense, ne nuira pas à l'oeuvre mais lui donnera une autre couleur harmonique. Pourrons-nous cependant nous couler dans ces énergiques envolées ? Pour ma part, ce type de musique m'est très familier, mais ce n'est pas forcément général...