Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 29 avril 2010

Ma dose de narcissisme

Contrairement à ce que l'on pourrait penser, ce n'est pas par mes tentatives d'écritures que j'assouvis ma soif de reconnaissance et mes élans narcissiques.

La réalisation et le port de costume dans le cadre d'un jeu de rôle grandeur nature remplit largement cette fonction. D'autant que le personnage incarné possède une bonne dose de ce narcissisme.

far00.JPGfar01.JPGfar02.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bien évidemment, c'est au prix d'heures de travail que l'on parvient à finaliser son plumage, il y a donc un indéniable mérite, au-delà même de la capacité créatrice et de la maîtrise technique.

far3.JPGfar4.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et puis, il y a l'inconfort de la chose : le corset, la tournure, le jupon, les talons... Tout l'art consiste à ne pas le montrer. A retenir toute l'allure triomphale que prète les atours.

Se recréer, se resculpter, durant quelques jours... Porter les autres à vous voir autrement.

 

mercredi, 03 mars 2010

Quelques grammes de bleu... Et trois tonnes de noir !

bleu.JPGQui dit cyberpunk... dit NOIR. (Du style : il n'y a plus d'espoir). Logique : le cyberpunk est avant tout... punk. No future. Même pas dans le futur.

Jouer un huis-clos cyberpunk a ses avantages : on peut porter des vêtements de mauvais goût sans que cela ne choque personne. Ou des vêtements qui était de bon goût en 2000... ou en 1985. Les terrifiantes "eighties", après tout, ont vu naître le cyberpunk. Avec sa technologie voyante, désordonnée et étrangement ringarde.

Se mettre dans la peau d'un personnage de cyberpunk peut laisser des traces et conduire à quelques importantes réalisations, du style :

- Le noir ne mincit pas ! c'est une légende...

- La coiffure à la Louise Brooks, même bleue, n'est pas si sexy...

- Les lunettes intégrales posent des problèmes de vison quand elles sont tâchées par des cils surchargés de mascara.

L'avantage, c'est que cela donne quelque chose à répondre quand on vous demande : quelle est la tenue le plus bizarre que vous ayez portée ?

Tout le monde n'a pas forcément le même degré d'appréciation sur la bizarrerie - ou la normalité, mais une robe médiévale avec des oreilles d'Elfe a quelque chose de plus... évident. Je dois décidément être étrange.

 

 

jeudi, 13 novembre 2008

Halloween Night... Fever

Après une longue absence due autant à un manque d'intérêt qu'un manque de courage (définition de la démotivation), à l'hyperactivité intense et une fatigue tout aussi intense, me voici de retour dans la bulle. Je crois bien avoir frôlé la dépression, un soir particulièrement... Mais bien entendu, la vie continue.

Avec quatre complices, j'ai tout de même commis une énorme... euh... non, pas une erreur, même si c'était énorme. Moitié soirée dansante, moitié GN, soixantes fiches de personnages, des décors de fou, de la bonne chair... euh, chère, du disco, un concert... Le tout organisé en deux mois à peine, avec toute la poisse possible pour les membres de l'équipe : pannes d'ordinateur, problème de liaison internet, destruction de décor... Pour tout avouer, je ne fus pas la plus active, étant souvent obligée de garder les modèles réduits pendants que le papa se rendait aux réunions. Résultat, je me suis retrouvée à faire la "voiture balais", en ramassant ce que les autres n'avaient pas pu faire à temps : en bref, l'écriture des rôles en retard...

Il y a eu quelques ratés : le local (un grand hangard) un peu glacé, des accessoires oubliés, la musique un peu répétitive... Mais surtout du bon : un truc bizarre où la famille Adams croise le Scooby Gang, où un démon et un exorciste picolent ensemble, ou un chanteur nommé Michel Jacquesson envoûte les morts en chantant "Thriller", ou un homme-poisson se ballade en tenue de surfer... Des personnages qui se découvrent n'être pas aussi lisses - ou plus lisses qu'on ne les perçoit... Une gigantesque farce à la croisée des films de Tim Burton, des films d'horreur kitsch des années 60 et du Rocky Horror Picture Show.

Malsain avez-vous dit ? Pas le droit de fumer à l'intérieur, que du tabac dans les poches de ceux qui sortaient le faire dehors, de l'alcool mais pas un seul participant en état d'ivresse, des personnage à la sexualité assumée mais dans les faits,  pas de mains au panier ou de comportements déplacés... des gens qui se défoncent en arborant des costumes d'enfer, en jouant la comédie et en gigotant sur la piste de danse. Certes, pas la vision des d'jeuns pro-biture de notre temps, ou des vieux branchouilles racornis...

mila-corpse.jpg

Je sais, il y en a "des" qui n'aiment pas halloween : fête importée, malsaine, américanisme, pouêt... Pour avoir fêté Halloween dans le cadre d'un club lié à une librairie américaine de Paris, avant même qu'il y ait la moindre exploitation commerciale, je pense que chacun est en droit de s'amuser comme il le veut et que dans notre société aseptisée, savoir tourner la mort en dérision est plutôt salutaire. Et puis, les gens, si vous ne voulez tenir compte d'aucune fête commerciale ou américanisante, oubliez la fête des mères et des pères, refusez les colliers de nouilles ou osez dire à votre belle-mère : pour le cadeau cette année... ceinture ! Au moins, vous serez un poil logiques avec vous-même...

mardi, 22 juillet 2008

Projet fini : chemise patchwork pour Monsieur (quatrième partie)

Je m'aperçois que dans l'abyssal puits de mon retard à publier sur ce blog, j'ai oublié de vous montrer le produit fini de ce projet. Je répare donc cette erreur.

 Voici l'effet global, avec accessoires : gilet effet "serpent" que j'ai réalisé, bottes et ceinturon (qui viennent, eux, de chez monsieur le marchand)...

JB01.jpg

 Voici un agrandissement de la broderie de perles en forme de serpent sur le gilet : 

JB03.jpg

 Enfin, deux photos qui montrent le couvre-chef, assorti à la fois à la chemise (par son assemblage de tissus) et au gilet (par la "peau de serpent" qui l'encercle) : 

jb-vip.jpg
 
jb-vip2.jpg
 

jeudi, 17 juillet 2008

Les plus beaux costumes du monde

costumes.jpgJeudi 22 mai 2008, à une heure tardive, la chaîne Arte a diffusé le documentaire "Dressing the Cinema - Sartoria Tirelli". La "Sartoria Tirelli" n'est autre que l'un des meilleurs, si ce n'est le meilleur atelier de costumiers du monde. Que ce soit dans le talent de ses employés, dans la qualité des matériaux employés ou dans la réflexion autour du personnage incarné qui précède chaque création de costume. Bref, Tirelli est une référence absolue... Que ce soit dans l'historicité (Le Guépard, Mort à Venise...) ou la démesure (Le Baron de Munchausen), ces créations de rêve et de fil contribuent à créer des univers uniques...
 
Si vous voulez découvrir à votre tour cet univers merveilleux, allez rêver devant le site web de la "Sartoria Tirelli". Le site n'est disponible qu'en  italien et en anglais, mais si vous ne comprenez aucune de ces deux langues, vous pouvez toujours cliquer sur "Atelier" pour admirer ces réalisations.

 

jeudi, 29 mai 2008

Nouveau projet couture : costume 1665 pour enfant

Ayant choisi cette année de bouder Provins en faveur de la journée "Grand siècle" de Vaux le Vicomte, j'ai décidé de doter mes fauvinets de leur propre costume, plutôt que recourir aux locations de vagues tenues de mousquetaire en location sur place. But de la manœuvre : avoir des costumes pas trop chauds, pratiques, par trop durs à réaliser et un minimum authentiques.
 
Le problème de la période choisie (1665), c'est que c'est en pleine transition vestimentaire. Mes garçons n'accepteront jamais un costume princier avec pourpoint court et rhingrave (sorte de jupe-culotte pleine de noeuds-noeuds), et la veste longue (appelée "justaucorps" à cette époque) par dessus un gilet (qui n'avait pas encore perdu ses manches et s'appelaient alors "veste") n'est officialisée qu'en 1670, à l'imitation des tenues militaires, conjointement à l'apparition de l'uniforme tel que nous le concevons actuellement.

A force d'étudier divers tableau, j'ai trouvé une solution à moyen terme : une sorte de veste courte dont les manches à revers s'arrêtent au coude, par dessus une chemise blanche et une culotte bouffante. C'est confortable, simple, facile et... attesté. Voici à peu près ce que ça donne (l'épée et la plume ayant été ajoutées par mon fils aîné pour manifester ses désidératas...). La suite dès que possible ;).

 

mercredi, 28 mai 2008

Projet en cours : chemise patchwork pour Monsieur (troisième partie)

Tant que les manches (ah, les manches !) ne sont pas fixées, j'en profite pour tranquillement poser mes œillets. Depuis que mon emporte-pièce s'est démonté, j'emploie une autre technique, celle du poinçon... Passé entre les fils, il crée un "trou" dans lequel on passe l'œillet en le faisant glisser le long du poinçon.

Elle a pour avantage de ne pas couper les fils, d'où une meilleure résistance. Petit inconvénient : l'œillet glissé entre les fils tire sur la trame et fait un peu gondoler le tissu... Enfin, c'est minime !

 

145143164.jpg
1325846444.jpg

 Le résultat est tout à fait honorable :

1919346204.jpg

Je prends aussi le temps d'ourler le bas de la chemise avec un ourlet invisible :

 

264867381.jpg

 Quant aux manches, comme je vais resserrer les poignets avec un cordon, je me contente de replier deux fois le bord et de piquer à la machine. J'ouvre la couture de montage au-dela de cette couture pour permettre le passage du cordon : 

849979269.jpg

 Maintenant, je ne peux plus reculer... Il me faut monter les manches. Ma méthode : épingler le haut de l'emmanchure et le bas, puis placer des épingles à chaque fois au milieu de la longueur qui reste à assembler. Puis une couture de bâti, dont on ne peut et ne doit absolument pas se passer si l'on veut faire un montage propre !

1188186278.jpg
 
 
2075287830.jpg

 Il reste à passer le cordon dans le bas des manches, avec la vieille technique de l'épingle à nourrice qui permet de sentir l'extrémité du cordon et de la tirer tout doucement à travers le tissu. J'ai scotché le bout du cordon pour éviter qu'il ne s'effiloche.

1007819718.jpg

 Et voilà  ! C'est fini ! A bientôt pour le reste du costume...

 

24261238.jpg

vendredi, 23 mai 2008

Projet en cours : chemise patchwork pour Monsieur (deuxième partie)

Voici enfin la suite de notre projet de costume...

Voici pour commencer un petit exemple de couture de bâti :

948803446.jpg

Cette couture sera ôtée dès que la définitive sera faite.

Donc, il me faut à présent tailler les différentes pièces du corps. Il y en a quatre, toutes faites avec le même patron, deux dans un sens, deux dans l'autre. Je les coupe comme les autres, au ras du papier : 

1069139444.jpg

Sauf qu'un problème se présente. La chemise est bien plus courte que le patron initial, que je n'ai pas envie de couper. Voici ma solution : je commence par mesurer à quelle longueur sera le bord du vêtement, en partant du bas pour bien garder l'arrondi et je la trace sur le papier. Ici, c'est le trait rose (le trait bleu provient d'une utilisation antérieure du patron). 

 

47836228.jpg

Ensuite, je pratique de petits trous dans le patron à travers lesquels je marque des repères à intervalles réguliers. Il ne reste plus qu'à les joindre, comme un jeu...

1165596308.jpg

Après découpe, voici ma pièce :

2014953252.jpg

 Une fois les pièces assemblées, elles sont fixées à la pièce d'encolure. C'est le moment du premier essayage :

902208716.jpg

samedi, 17 mai 2008

Projet en cours : chemise patchwork pour Monsieur

Afin de persuader mon n'hom que je ne me consacre pas qu'à mes costumes, je me lance dans une petite réalisation rien que pour lui. Manquant de temps et d'argent, j'ai décidé de faire mes fonds de cartons... Mais horreur, je n'ai aucun tissu qui convienne en quantité suffisante ! Aussi ai-je décidé d'utiliser mes restes, et de les assembler dans une sorte de chemise style "patchwork".

Comme je n'ai pas envie de patronner, je me base pour l'empiècement de base sur le 5840 de chez Simplicity : détourner une robe de mage pour faire une chemise ? Eh oui, il suffit de raccourcir, d'oublier la capuche, et de resserrer les manches aux poignets.

 Voici le patron en question :

 

150854837.jpg

 Et ma masse de tissus en vrac :

1331537509.jpg

Un tas de restes de toiles utilisées pour des costumes médiévaux et fantasy pour les enfants. Du crême, du noir, du rouge.

Je commence à assembler les pièces, en essayant de respecter au mieux le sens du tissage pour que toutes les pièces soient plus ou moins dans le même sens de fil. Puis je coupe les pièces en les superposant légèrement, avant de les assembler à la machine en un ensemble assez grand pour contenir ma pièce de patron. Une fois que c'est fait, je surfile les bords des assemblages par une couture zigzag à la limite du tissu, puis je repasse les coutures bien ouvertes et je coupe à partir du patron.

L'intérêt avec les patrons "costume", c'est qu'ils sont conçus pour des "pros" censés travailler vite. D'où le principe de la "couture en dedans". C'est à dire qu'il suffit de poser le patron sur le tissu et de couper à la limite du papier, sans se préoccuper de laisser des réserves. La couture se fera à 1,5 cm du bord. Vous remarquerez que sur toute machine à coudre bien faite, vous avez à la droite du pied des petits traits qui vous permettent de respecter cette mesure. Il vous suffit de caler le bord du tissu sur le trait et c'est parti.

Voici déjà l'enpiècement d'encolure :

1916637141.jpg

Puis les deux manches :

1071819835.jpg
42108299.jpg

 Sur cet agrandissement, vous pouvez voir la couture zigzag qui surfile l'ensemble de la pièce. Ainsi, elle ne s'effilochera pas, ce qui sera à la fois plus sûr pour le costume, car les cotonnades et les tissus de lin se défont très facilement, et pour Monsieur, car se retrouver envahi de fils est très inconfortable...

1159921499.jpg
Je suis au point de refermer les manches. Pour cela, je mets les deux côtés de la pièce bord à bord, je fixe avec des épingles, puis avec un fil de bâti avant de retirer les épingles.
2017646315.jpg
On n'insiste jamais assez sur la nécessité de bâtir avant de piquer à la machine ! A moins d'être particulièrement habile, vous n'arriverez pas à tenir correctement avec vos doigts seuls, les bords risquent de se décaler. Si vous laissez des épingles, elles risquent de se coincer dans le pied et de casser l'aiguille (et ce même quand on les place perpendiculairement à la couture, ce qu'il est impératif de faire si on les laisse...). Le fil de bâti est idéal et sans risque pour votre machine.

La couture de bâti est une couture grossière, à gros points, que l'on fait avec un fil de coton qui casse aisément. On la retire après avoir piqué à la machine.

J'en profite pour vous montrer, sur ma bien-aimée titine, le trait qu'il convient de suivre pour bien piquer à 1,5 cm du bord :
99466950.jpg
La suite quand j'aurai un peu plus avancé !

mercredi, 14 mai 2008

Virée costumée

Nous avons profité de notre lundi férié pour faire une petite virée "photos costumée" au Parc floral de Vincennes (qui est à Paris, comme tout le monde s'en doute !). Compte tenu du fait que mon mari avait oublié de battre le rappel par mail de toutes les personnes intéressées, nous n'étions que deux.

Nous nous sommes costumées dans mon appartement, puis nous avons gagné à pieds le Parc floral en traversant le château... en costume, tandis que mon mari nous harcelait de son objectif et que l'autre mari et ma progéniture gambadaient aux alentours. Se promener en ville en robe 1640, en dehors de toute manifestation costumée, permet d'étudier en détail le réaction des bonnes gens à ce genre de fantaisie. Il y a donc :

- ceux qui ne voient rien (réellement), soit parce qu'il regardent ailleurs, soit parce qu'ils pensent à autre chose, soit parce qu'ils ne voient rien d'incongru  ;
- ceux qui  font bien attention de ne rien voir (sait-on jamais, c'est peut-être contagieux...) ;
- ceux qui regardent avec désapprobation ;
- ceux qui regardent en rigolant ;
- ceux qui admirent...
- ceux qui posent des questions.

Force est de constater que dans la rue, ce sont les trois premières catégories qui sont les plus nombreuses. Mais dès que nous arrivons au château, le cadre semble plus propice à une certaine notion de spectacle : les réactions gagnent au chaleur, une dame nous photographie à la sauvette (vous pouvez y aller, c'est gratuit !). Il faut dire que nous manquons bien d'être éclipsée par une personnage enrobée et enchapeautée comme une douairière britannique... A côté de ça, nous sommes presque normales !

1198818978.JPG

 Il fait beau et en cette fin de matinée, le Parc Floral regorge de gamins avec des parents à la traîne. D'un air béat, les papas (étrangement, ce sont rarement les mamans !) nous montrent du doigt à leurs fillettes : "Tu as vu les princesses ?" ou bien "Tiens, regarde des duchesses !". Au moins, c'est flatteur... Nous pique-niquons assises sur un banc, de mets fort peu historiques (taboulé et autres chips...) avant de retourner vers la sortie... 

Deux dames avec un monsieur en remorque posent des questions. Nous bafouillons quelque chose sur les photos et la reconstitution historique. Mon mari se lance sur une explication pédagogique sur le grandeur nature. Heureusement, aucun préjugé de ce côté : la dame écoute et tout le monde se dit au revoir avec le sourire. Nous sommes contentes de rentrer reposer nos pieds brûlants ; nous retrouvons avec plaisir - il faut l'avouer - nos cotonnades d'été. 

 

1044021615.jpg

 

En parlant de costumes historiques, je suis tombée par hasard sur le site de l'association suisse Fêtes costumées. Évocateur et plein d'éléments utiles... Dommage que ce soit si loin, la Suisse !