Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 26 janvier 2009

La "Gimp Attitude", c'est créer en liberté ! (Chapitre I)

A plusieurs reprises, j'ai évoqué mon activité amatrice de webmestre. La passion du web m'est venue en 1999, lorsque dans mon activité professionnelle, ma chef m'a obligée à créer en 15 jours un ensemble de pages sur une exposition en l'absence la collègue qui était censée le faire. Le logiciel de création "Wywiwyg" Frontpage (Microsoft) m'ayant déplu, j'ai choisi d'apprendre le HTML pour coder "à la main" et avoir toute liberté dans la création de pages. A partir de là, je me suis mise à construire toute sorte de pages dans le domaine privé, plus ou moins bien ficelées (on peut en voir un exemple dans ma note A l'époque, on faisait du web sans casque... Soyez indulgents !)

Conjointement, j’ai commencé à me passionner pour l’image numérique… Mon premier outil : Paint Shop Pro, la version 3.1, encore minimaliste mais qui n’avait rien de l’usine à gaz que ce logiciel devait devenir par la suite. Les possibilités pouvaient sembler ridicules, mais utiliser un logiciel très simple, adapté à son niveau, permet d’acquérir des bases solides bien utiles quand on passe sur un logiciel plus perfectionné : qu’on se le dise !

C’est quand j’ai découvert la capacité des masques et l’existence des calques que j’ai commencé à chercher un outil plus perfectionnés… J'en ai acheté un paquet, à vils pris avec des revues d'informatique ou les "Presqu'Offerts" qui revandaient les vieux coucous pour six sous. J'en ai téléchargé, libres d'utilisation ou shareware. J'ai même tenté d'installer un Photoshop piraté (je n'avais pas alors de eprincipes aussi fermement établis sur ce genre de chose), qui - heureusement ! - n'a jamais voulu démarrer.

Mes premiers contacts avec Gimp ont été pour le moins chaotiques. Mon informaticien-geek de mari, qui en avait entendu parler, m'avait encouragé à l'installer, mais j'ai été à l'époque rebutée par les fenêtres multiples qui envahissaient l'écran, et puis, surtout ! par le curseur qui pointait vers la droite au lieu de pointer vers la gauche...

Après avoir bidouillé quelque temps à l'aide de Ulead PhotoImpact et de UltimateFX, j'ai fini par revenir vers Gimp (The Gimp comme on disait alors...). En 2002, à la naissance de mon plus jeune fils, j'ai profité de mon congé de maternité pour faire des gammes en graphisme 2D et 3D, à grands coups de tutoriaux que je suivaitsaveuglément... Cette, les choses m'ont semblé plus faciles, presque "coulant de source"...

Je me suis alors mise à reproduire toute une série d'images : boutons, puces... J'ai fini par rédiger mon premier tuto et le mettre sur une page web, hébergée sur le serveur d'un ami. Il est toujours visible dans sa présentation d'origine. J'avais à cette époque fait un choix étrange... Celui d'une couleur que j'estimais peu exploitée sur le web : le violet ! Choix audacieux s'il en est, tant cette couleur est mal aimée... des hommes essentiellement !

Ce site fut le tout premier Gimp Attitude. Suite au prochain épisode ;).

 

wilmattitude200.jpg

 

 

lundi, 18 février 2008

Vecto vintage

Voilà, enfin terminé, ce maudit logo qui conditionnait la création du nouveau design d'un de mes sites !

 
7652f44f7c0d99a44a4905c9c791ea63.png

Rien de bien extraordinaire, donc, si ce n'est encore un prétexte de sortir mes feuilles virtuelles de leur pochette. Il reste à travailler sur la mascotte du site, drôle de créature rebondie d'espèce indéterminée baptisée "Lejy".

0cfb82f0d15ea3d0ef3f4c16e6d8b5b4.jpg

 

 Ce sera long, pas forcément très facile. Lejy héritera de la plume du dé du logo précédent, ce qui permettra de gagner du temps... 

 Je précise que le logiciel utilisé est Inkscape, libre et gratuit. Allez, un coup de pub ! Il faut vraiment qu'un amateur soit plus qu'un peu nigaud pour s'embêter à pirater Illustrator, quand des outils de cette qualité lui sont offert en toute légalité !

dimanche, 17 février 2008

Ma future bannière

En cette journée de répétition de chant, pendant que les autres pupitres répétaient, je me suis amusée à crayonner un projet de bannière pour mon blog.

Vu que personne ne sait à quoi ressemble une milathéa et que personne ne le saura jamais,  je ne pense pas faire de grosses erreurs dans la conformation de la petite bébète. J'hésite un peu sur la larme (et sur son emplacement, d'où quelques "remords"). 

Le travail est loin d'être fini. L'étape de la vectorisation risque d'être très longue, d'autant plus que j'ai déjà d'autres travaux en cours.  Au final, cela risque de toute façon d'être assez différent. Affaire à suivre donc...

 

af0d5b210391011be1f3a2d1548c641f.jpg

samedi, 16 février 2008

Rhapsodie en vert

034cdd6ff6120ac7ba07faf95b61e930.gif

J'aurais dû me douter qu'à force de bidouiller la feuille de style du blog, je finirai par me coucher tard. Ou tôt. Tout est une question de référentiel.

Je n'aurais pas pensé prendre du vert comme premier choix - histoire de rester fidèle, moitié par goût, moitié par provocation, à mon violet-lilas-parme-rose habituel. Mais voilà, le modèle vert allait bien avec ma photo du moment, j'ai donc décliné ma bannière et mes séparateurs dans la colonne de gauche dans les mêmes nuances. 

Ca n'a pas grand chose à voir avec mon habituel travail de webdesign, mais cela n'empêche pas d'être perfectioniste. Il faut que je trouve le moyen de resserrer un peu les lignes de la colonne de gauche et ce sera presque à mon goût.

Je ne pense pas qu'on puisse dire que j'en ai trop fait. Au final, ça reste de bon goût... Enfin je trouve. Je n'ai pas forcément envie d'en faire plus, du moins tant que je n'aurai pas travaillé une bannière plus structurée et faite en plus de 10 mn chrono (temps de chargement compris).